Concevoir un business plan réussi

La plupart des créateurs d’entreprise tremblent probablement à l’idée de créer un business plan, et continuent sans doute à le reléguer au second plan, jusqu’à ce qu’ils aient réellement besoin. Dans cet article, nous allons vous montrer comment faire un business simplifié avec des étapes élémentaires.

Qu’est ce qu’un business plan ?

Un business plan a pour but de guider votre entreprise dans la bonne direction, et de mettre vos pensées et vos idées pour votre entreprise de façon écrite. C’est un outil structurel qui peut vous permettra de garder votre entreprise, sur le bon chemin. Un business plan a pour objectif premier d’identifier les aspirations de l’entreprise. Deuxièmement, il est nécessaire de déterminer si ces aspirations sont réalisables dans l’économie actuelle. Troisièmement, votre plan d’affaires est nécessaire pour définir les étapes à suivre pour atteindre votre objectif principal. N’ayez pas peur de jouer avec la mise en page et les couleurs, ne soyez pas trop fous! Gardez-le lisible, propre et professionnel.

Les éléments de bases

1- La description de votre projet : Ceci est un résumé de votre projet d’entreprise. Il est important d’y présenter votre produit ou service de façon bref et concise. Faites y figurer, le service, le besoin auquel votre projet y répond, les offres similaires, les avantages et les inconvénients de votre projet.

2- La cible principale : Il est important que de connaître au mieux votre cible quand vous allez commencer votre projet, car c’est celle-ci qui consommera vos produits et services. Apprenez à la connaître, son âge, sa personnalité, ses revenus, ses loisirs, les raisons pour lesquelles elle s’intéressera à votre entreprise. Tout cela vous donnera divers indications la concernant. Faites un sondage pour avoir tous ces détails.

3- La concurrence : Les concurrents sont une partie intégrante pour votre entreprise. Faites de la veille pour savoir ce qu’elle fait, et comment fait-elle pour vendre ses produits ou services, savoir aussi qui sont vos concurrents directs et indirects, et les barrières que vous pourrez rencontrer si vous souhaitez pénétrer sur ce marché. Sa structure commercial ainsi que ce qui vous lie ou ce qui vous différencie d’elle vous sera utile.

4- Les ressources humaines : Mettez en avant les effectifs dont vous aurez besoin, pour gérer votre entreprise. Les compétences et expériences que vous recherchez, les masses salariales que vous aurez à payer. Tout cela vous aidera à savoir si pour vous, il est rentable d’avoir des ressources humaines.

5- Le plan marketing : C’est ici que vous montrerez comment vous ferez la promotion de votre entreprise, notamment avec le marketing mix : les 4P, promotion (communication), product (produit), place (distribution), price (prix). Avec les 5 Forces de Porter, vous pourrez atteindre votre cible de la meilleure des manières.

6- La structure : Décrivez votre structure. Votre capital, la nature de vos apports, quel type de bail commercial si vous louez un local, les actionnaires ou fournisseurs si vous en avez. Détaillez chaque information vous en aurez besoin pour votre plan financier.

7- Les prévisions financières : C’est la partie la plus importante du business plan, que cela soit pour vous, ou pour votre investisseur. Faites y apparaître: le compte de résultat année par année, le plan de financement, le seuil de rentabilité, et votre budget prévisionnel de trésorerie. Vous pourrez aussi y calculer votre chiffre d’affaire de service ou de vente de marchandise. Surtout soyez réaliste, ne gonflez pas votre prévisionnel, mais ne le dévalorisez pas non plus. Gardez un juste milieu cohérent.

8- Le potentiel du projet : Après la partie financière, vous pourrez voir si votre projet et rentable ou pas. Parlez de votre retour sur investissement, faites y figurer les capitaux nécessaires, mais aussi, pensez à un plan B en cas d’échecs.

Conseils pour un business plan réussi

Nous vous recommandons de faire le business plan un point à la fois. Planifiez une heure chaque dimanche où vous abordez une partie du plan d’affaires. Ou, si vous vous sentez vraiment ambitieux un soir, abordez-en quelques-uns. Si vous ne vous pensez pas à la hauteur de le faire, vous pouvez faire appel à nos services.

Mesurer les performances de vos actions sur YouTube

YouTube Analytics vous permet de surveiller les performances de votre chaîne et de vos vidéos grâce à des statistiques et des rapports mis à jour régulièrement. Des milliers de données sont mises à votre disposition dans différents rapports (sur la durée de visionnage, les sources de trafic ou les données démographiques, par exemple).

Le rapport « Vues » fournit des informations sur les performances globales de votre chaîne YouTube et peut également être utilisé pour approfondir les performances de vidéos individuelles. Dans ce rapport vous pourrez trouver les informations statistiques suivantes :

  • Vues :

Voyez combien de personnes ont regardé votre vidéo et plus précisément combien ont cliqué sur un lien qui a commencé à être lu. Qu’une personne regarde seulement une seconde de votre vidéo avant de l’éteindre ou regarde l’intégralité de la vidéo, les deux comptent comme une vue.

  • Nombre estimé de minutes regardées :

YouTube ajoute le temps passé par les internautes à regarder les vidéos que vous avez partagées. Cela montre simplement combien de minutes de vos vidéos ont été visionnées collectivement sur votre chaîne.

  • Durée moyenne de la visualisation :

Vérifiez si les personnes regardent votre vidéo jusqu’à la fin ou si elles coupent avant la fin de votre vidéo. C’est un excellent outil pour déterminer la longueur idéale des vidéos que vous décidez de créer à l’avenir.

  • La démographie :

Au-delà des vues, YouTube fournit également un aperçu de la répartition démographique de votre public.

  • Emplacement de lecture :

Le rapport sur les emplacements de lecture indique les sites sur lesquels vos vidéos sont visionnées. Cette page donne également une estimation du nombre de minutes regardées et de la durée moyenne de visualisation, mais cette fois-ci par site. C’est un excellent moyen de voir si les internautes incorporent vos vidéos sur leurs sites ou leurs blogs et ce que sont ces sites.

  • Sources de trafic :

YouTube permet de voir facilement comment les internautes trouvent vos vidéos.

Les types de sources de trafic incluent : la recherche sur YouTube, les vidéos suggérées par YouTube, la page de la chaîne YouTube et la liste de lecture YouTube

  • Dispositifs :

Ce rapport vous permet de savoir sur quels appareils et systèmes d’exploitation les gens regardent vos vidéos. Ordinateur, téléphone mobile, tablette et console de jeu ont tous leur propre format pour que vous puissiez approfondir ces données.

  • Rétention d’audience 

Voyez quelle quantité de votre vidéo est visionnée et, en moyenne, lorsque les gens la désactivent.

  • Les abonnés

Voir combien de personnes se sont abonnées et se sont désabonnées à votre chaîne. C’est une excellente mesure du succès de votre contenu vidéo. Vous voulez créer des vidéos qui incitent les gens à revenir plus longtemps ; vous voulez être une source d’information, d’inspiration ou de divertissement.

  • Aime et n’aime pas

Grâce à YouTube, il est facile de voir comment les internautes réagissent à vos vidéos, de manière positive ou négative.

N’oubliez pas que les vidéos inspirantes et divertissantes recueillent généralement le plus grand nombre de « j’aime » sur YouTube. D’autres types de vidéos, tels que le contenu éducatif, les publicités ou les vidéos axées sur les produits, peuvent ne pas générer le même nombre de préférences, mais joueront néanmoins un rôle important dans votre stratégie YouTube.

  • Commentaires

Voyez combien de commentaires chacune de vos vidéos a reçues. Les commentaires peuvent être un excellent moyen d’interagir avec vos téléspectateurs. Suivez vos commentaires et répondez rapidement à toute question ou critique.

  • Partages

Ce rapport vous indique le nombre de fois que votre vidéo a été partagée et le réseau social sur lequel elle est partagée. Vous pouvez également afficher ces données par date plutôt que par vidéo ou service de partage.

  • Annotations

L’ajout d’annotations à vos vidéos donne aux internautes la possibilité de cliquer sur votre site Web ou votre blog pour en savoir plus.

Ce rapport fournit des détails sur l’activité, les données relatives aux clics et les taux de clôture pour chaque annotation ajoutée à vos vidéos.

Avec ces analyses, vous ne devriez pas avoir de difficulté à mesurer votre succès sur YouTube !

L’utilisation de YouTube Analytics vous aidera à choisir les types de vidéos sur lesquels vous devriez vous concentrer. Votre auditoire sera peut-être plus intéressé par des conseils pratiques, des vidéos inspirantes ou par quelque chose qui les fera rire.

N’oubliez pas que YouTube est un canal social et non un lieu de publicité ou de vente de vos produits ou services. Faites attention à ce avec quoi ils s’engagent et créez quelque chose qu’ils apprécieront.

Libra de Facebook : la bête noire des banques centrales ?

Facebook va lancer en 2020 sa propre crypto monnaie : LIBRA. Cette annonce a fait grand bruit dans le monde du digital mais pas que. Celle-ci sera gérée par un groupe de multinationales. Les pouvoirs publics s’inquiètent de l’impact que celle-ci pourrait avoir sur son développement économique, car cette monnaie virtuelle rentrera en concurrence directe avec la monnaie souveraine des Etats.

Qu’est-ce que Libra ?

Libra est la nouvelle cryptomonnaie que lancera Facebook en 2020. Toujours plus loin dans le développement de Facebook, le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg rend son réseau social de plus en plus indispensable au quotidien des Internautes. En effet, Libra permettra aux utilisateurs de Facebook d’acheter des biens ou d’envoyer de l’argent aussi facilement que de mettre un like sur une publication. L’idée de cette monnaie, est de permettre à un tiers d’effectuer des paiements sans avoir à passer par les institutions financières, et sans la barrière des différentes devises.

Libra une bonne idée ?

Selon Facebook, il y a dans le monde 1,7 milliard de personnes qui sont exclues du système financier. Ces personnes n’ont pas de compte en banque surtout dans les pays émergents, où il est plus facile d’avoir une connexion internet que d’ouvrir un compte bancaire. Pour remédier à ce problème, Facebook leur offrira la possibilité de marchander sur internet avec cette monnaie virtuelle qui se veut à terme, être la numéro 1.

A l’inverse du Bitcoin ou de l’Etherum qui sont elles totalement décentralisées et qui permettent aux utilisateurs de créer leur unité soit même, Libra sera centralisée. Elle fera donc office de banque centrale, et sera appuyée au monnaie traditionnelle, pour apporter de la stabilité à celle-ci. Associée aux géants du paiement en ligne comme PayPal, Visa, ou Mastercard, mais aussi eBay, Spotify, ou Uber, Facebook souhaite à travers ces entités étendre un maximum sa monnaie.

Libra, une menace pour les banques centrales ?

Selon Chris Hughes, co-fondateur de Facebook, Libra pourrait menacer les banques centrales. Ce projet fait donc beaucoup réagir et soulève des craintes. Dans une tribune accordée au Financial Time celui-ci a déclaré : ” “Si les autorités de régulation dans le monde n’agissent pas maintenant, il pourrait très rapidement être trop tard”. L’ancien camarade et co-fondateur de Mark Zuckerberg tire la sonnette d’alarme. L’inquiétude des Etats, et que cette monnaie risque de transférer, l’essentiel du contrôle de la politique financière des banques centrales qui est publique, vers des entreprises privées.

Une inquiétude partagée par le ministre Français de l’économie, qui estime qu’une société privée ne peut pas et ne doit pas être en concurrence avec une monnaie souveraine.

Quoi qu’il en soit, Facebook a pris le monde entier de court avec cette révélation, qui sera elle abordée le 7 juillet lors du G7 avec un rapport détaillé des banques centrales sur ” les garanties qui doivent être apportées sur cette monnaie numérique pour qu’elle soit envisageable.”

5 astuces pour être le parfait community manager

Dans cet article Community Management Privé va faire la chasse aux préjugés auxquels sont confrontés de nombreux community manager. Être un CM ce n’est pas passer sa journée sur les réseaux sociaux, à actualiser les pages en attendant qu’une action se passe. Pour les entreprises, il est une part importante de l’équipe, car c’est la passerelle entre les clients l’entreprise. Le Community Manager gère une grosse partie de la communication, sans lui, vous ne pourrez pas communiquer sur vos produits, et sur les actualités de votre projet. En plus de connaître les nouvelles technologies sur le bout des doigts, il est aussi créatif, rigoureux, logique, et drôle ! Voici une short list de nos astuces qui feront de vous le community manager que chaque entreprise rêve d’avoir !

  1. Gagner du temps

En tant que CM, vous aurez surement plusieurs pages à gérer, ou d’autres tâches à réaliser. Le temps est précieux, sachant que sur les réseaux sociaux tout va très vite. Il est important pour vous de planifier chacun de vos posts au moins deux semaines à l’avance. En faisant ceci, vous êtes sûrs de gagner du temps et de donner les bonnes informations à votre communauté.

2. Utiliser les outils

De nombreux outils sont mis à vitre disposition pour vous faciliter la vie. Les outils d’analyses statistiques, les outils de programmation, de partages de post et de réseaux sociaux … Enfin voilà, vous avez une multitude d’outils qui sont là pour vous aider à vous concentrer sur chaque tâche sans que vous soyez dépassés.

3. Faites du reporting

Pour mesurer l’impact de la stratégie social média que vous avez mise en place, il est important d’analyser ses retombées et de pouvoir ajuster sa stratégie. Sans l’analyse statistique de vos pages réseaux sociaux, vous ne pourrez pas savoir si les actions sur vos pages fonctionnent. Le plus souvent votre chef ou client ne comprendra que le langage des chiffres, c’est pour cela que le reporting est important, et un incontournable de votre stratégie social média.

4. Soyez stratégiques

Sachez utiliser les réseaux sociaux, ne soyez pas présents sur tous les réseaux sociaux parce que votre N+1 vous l’a demandé. Avant de créer un compte pour votre entreprise, analysez la cible par rapport aux activités de l’entreprise. Si vous travaillez au sein d’une agence de mannequins il est préférable pour vous d’être présents sur Instagram, ou encore Snapchat, avoir un compte LinkedIn n’a pas une grande utilité. Veillez à définir une stratégie social média pour chacun des comptes que vous avez.

5. Veillez au grain

Un bon CM se doit aussi d’être à jour sur ce qui se passe dans son domaine. En travaillant en online, vous serez au courant des évolutions techniques du métier de community manager. Pour cela de nombreux outils sont aussi mis à votre disposition pour que vous puissiez veiller en toute sérénité. Suivez aussi les autres community manager plus expérimentés pour prendre le meilleur de ce qu’ils font, et même leur demander des conseils.

On ne l’a pas précisé dans cet article, mais soyez à l’écoute de votre communauté. Les interventions des internautes peuvent aussi vous servir et en apprendre davantage sur votre cible. Entretenez votre vie privée, une partie du travail de CM se fait aussi en offline. Sortir, lire, discuter et apprendre de nouvelles choses sont d’autant de choses bénéfiques qui vous aideront à vous perfectionner dans votre travail.

Conseil de Community Management Privé : Vous n’êtes pas une machine, donc soyez avant tout humain !

Social média boom : l’Afrique à l’assaut des réseaux sociaux.

Selon Pierre Antoine Balu, d’ici 2020 6 à 7 africains sur 10 auront en leur possession un smartphone. Le téléphone portable sera entre toutes les mains des africains. Le paiement mobile ayant augmenté ces dernières années, les innovations ne sont pas en reste. La connexion internet se développant de plus en plus notamment avec la 3G et la 4G ainsi que les réseaux sociaux qui sont très souvent utilisés, le marché africain est devenu l’eldorado des constructeurs en téléphonie mobile et des créateurs d’applications mobiles.

Le continent est de plus en plus connecté. Facebook et Instagram font partis des réseaux les plus utilisés. Le nombre d’utilisateurs a fait un bon en 2016 atteignant 146,6 millions d’internautes qui possèdent un compte Facebook.

Les jeunes au coeur de la révolution social média.

Les pays les plus connectés sont l’Egypte, l’Afrique du Sud, le Nigéria et le Maroc. Suivi de près par le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Ghana et la RDC. En raison de la baisse du prix des smartphones et du pouvoir d’achat qui est en hausse, être présent sur les réseaux sociaux est devenu plus facile pour les internautes africains. L’amélioration relative des télécoms sur le réseau africain a aussi contribué à se développement. S’informer, informer, s’exprimer, mobiliser, changer les choses : les réseaux sociaux servent à tout cela à la fois. Sur le continent africain, les jeunes s’en sont saisis ces dernières années.

Quelques réseaux sociaux africains :

Bandeka : Le réseaux social pour l’élite africaine, uniquement sur invitation, vous pourrez vous y faire des amis, et des contacts professionnels.

Afro Terminal : Un réseau social créé par les africains pour les africains, ceci dans le but de favoriser les rencontres professionnelles et personnelles au sein de la communauté.

East African Social Network : Le réseau social destiné aux africains de l’est. Partage, échange et business.

Motribe : Le site permet aux agences, aux entreprises, et aux internautes, de pouvoir créer son propre réseau social mobile.

Mivasocial : Si vous cherchez à cibler les communautés africaines du monde entier, Mivasocial est l’outil idéal pour vous!

L’Afrique se prépare à une transformation digitale sans précédent. Et celle-ci devrait concerner aussi bien les États que les entreprises et les citoyens. Les jeunes sont la clé de la révolution, en les accompagnant dans la transformation numérique par le biais de leurs études ou de formations. Il est important de saisir les opportunités qu’offrent la révolution numérique. L’Afrique, est la nouvelle terre promise du numérique, les entreprises et les citoyens peuvent transformer le fonctionnement de la société au bénéfice des plus fragiles.