Instagram : la fin de la course aux likes ?

Le réseau social Instagram qui compte 1 milliard d’utilisateurs dans le monde, est actuellement en train de tester la suppression des likes sur certaines publications. Une initiative qui semble séduire les utilisateurs canadiens.

Vers une plateforme plus authentique ?

Sur Instagram l’importance aux likes et à l’acquisition d’abonnés est indéniable. D’ailleurs, elle fait preuve d’une compétition silencieuse entre chaque utilisateurs. Avoir beaucoup de likes et beaucoup d’abonnés est valorisant pour la personne détenante du compte. Pour cela, Instagram a décidé de tester la suppression des likes, afin que les utilisateurs du réseau social se concentrent plus sur les images postées que sur le nombre de likes sur obtenus sur le post.

Lors de ce test, seule la personne qui est à l’origine de la publication, pourra voir qui aime ses photos. Le nombre de like lui ne sera pas visible par les autres utilisateurs. Réduire l’effet de masse en masquant le nombre de like, c’est le but que s’est fixé Instagram. Il pourrait aussi dans un second temps réduire l’aspect compétition et la course aux mentions ” j’aime” et aux abonnés.

Encourager les utilisateurs à capturer et publier ce qu’ils aiment, au lieu de poster des publications qui leur apporteront des likes, c’est l’objectif de ce test initié par le réseau social.

La fin d’une compétition silencieuse mais acharnée ?

La course aux likes, et devenu le sport favori des utilisateurs d’Instagram. Seulement, des professionnels de la santé ont prouvé que ceci peut avoir des effets néfastes, l’estime la confiance en soi chez les 14-23 ans. Instagram c’est l’application sur laquelle tout est beau, les voyages, les vêtements, le maquillage, les couples goals, etc. Cette réalité embellie, et falsifiée est exploitée, dans le but d’avoir des sponsors, des followers ou des partenariats qui a pour devise « Fake it until you make it ».

De plus en plus de jeunes, se comparent les uns et les autres. En cause le nombre de like, ce qui définit l’image qu’ils renvoient et l’importance qu’ils ont sur ce réseau social. Décrié par plusieurs psychologues, Instagram affecte l’estime de soi des jeunes utilisateurs. En supprimant les likes, la plateforme prend en compte leurs besoins psychologiques.

La fonction est actuellement testée dans 7 pays : le Canada, l’Italie, le Japon, la Nouvelle-Zélande, l’Irlande, le Brésil et l’Australie. Cependant, aucune date n’a encore été fixée pour l’installation de cette fonctionnalité.

Youtube : une nouvelle manière de générer des revenus

YouTube offre à ses Youtubeurs qui ont des chaînes de gaming, une nouvelle manière de pouvoir générer des revenus avec leurs vidéos. Pour les non habitués de la plateforme, les Youtubeurs touchent un revenu en fonction des publicités affichées en préambule de leurs vidéos. Actuellement, la plateforme de gaming spécfique à YouTube teste auprès des chaînes un moyen de générer des revenus en plus de la monétisation classique. 

Avec le nouveau bouton “sponsoriser”, les internautes pourront offrir des revenus mensuels aux Youtubeurs qu’ils suivent. Ce système de sponsorisation a déjà fait ses preuves sur d’autres plateformes telles que Twitch. Pour l’instant la fonction “sponsoriser” est testée sur les chaînes Youtube dédiées au gaming. Les fans pourront maintenant soutenir leurs créateurs préférés sur Youtube en les parrainant et en leur faisant un virement mensuel de minimum 4,99 dollars par mois.

Critères pour avoir une chaîne sponsorisée : 

Pour répondre à ce “call to action” rémunérateur, les chaînes Youtube en questions devront répondre à certains critères d’éligibilité: 

  • Avoir une chaîne YouTube Gaming, 
  • Activer la diffusion en direct sur la chaîne en question, 
  • La chaîne doit être monétisée par YouTube,
  • Avoir une communauté d’au moins 1000 abonnés, 
  • Résider dans un pays dans lequel la fonction est disponible,
  • Respecter les modalités de la plateforme,
  • Être majeur. 
Phase beta en cours pour les chaînes “classiques”.

En ce qui concerne les chaînes YouTube en dehors du gaming, la fonctionnalité “sponsoriser” en est à la phase beta. Dans certains pays sur des chaînes populaires comme “Que Diabos?“, avec plus d’1 million d’abonnés à son actif, le bouton serait déjà disponible. 

Cette nouvelle fonctionnalité est une aubaine pour les Youtubeurs, qui se plaignent de la baisse de la monétisation de la plateforme vidéo. Ceci leur permettra aussi d’être plus indépendants quelque soit leur ligne éditoriale.

Le bouton est bien visible notamment avec le nouveau design de la plateforme. YouTube tourne désormais la page des chaînes payantes, qui reposaient sur des abonnements mensuels. Pour avoir accès à certaines chaînes il fallait s’abonner en versant de l’argent, mais ce concept rencontrait peu de succès. En effet, d’après YouTube, moins de 1 % des créateurs utiliseraient ce système.

Conseil de Community Management Privé : si vous n’avez pas le temps de vous occuper de votre page YouTube, il serait judicieux de la confier à un community manager qui pourra augmenter votre audience. 

Communication de crise : comment agir?

Etre sur Internet permet de savoir ce que les autres pensent de votre entreprise. Cependant, certaines de vos actions peuvent avoir des conséquences sur l’image de votre entreprise. Dans ce genre de situations il est important d’avoir une stratégie à suivre pour pouvoir sortir de ce moment délicat. 

 

La reconnaissance

Cette première stratégie consiste à reconnaître ses erreurs et à accepter la crise le plus rapidement possible. Si la presse dévoile la crise avant vous, c’est que la communication de votre entreprise est mauvaise, et que la crise ne vous appartient plus.  Afin de pouvoir répondre à cette crise il faut voir d’où vient la crise, si c’est en interne ou si c’est en externe. Selon le contexte plusieurs possibilités s’offrent à vous: 

  • Reconnaître la situation et sa responsabilité. Assumer les préjudices subits apporte un avantage au point de vue médiatique et juridique. 
  • Exprimer son incompréhension permet de connaître le point de vue des personnes qui suivent votre entreprise.
  • Elargir la responsabilité à des acteurs externes, comme les autorités de régulation. 

Cette stratégie est l’une des stratégies qui fonctionne le mieux, car elle permet de reconnaître ses erreurs vis à vis de ses consommateurs. Jouer la carte de la transparence permet d’acquérir une crédibilité auprès des différents publics. 

Exemple : Aéroport de Paris le Terminal 2E qui s’effondre et cause la mort d’une personne faisant plusieurs blessés, en mai 2004. L’entreprise prend le taureau par les cornes, et se présentent devant les médias pour répondre aux questions. Cette stratégie de transparence, de mobilisation et de compassion affichée permet à la société parisienne de limiter les dégâts en termes d’image.

 

Changer le point de vue de la crise

Cette stratégie a pour but de modifier le point de vue de la crise. Cependant il faut que cela repose sur des faits concrets pour réussir à déplacer le débat.

Pour mener à bien une stratégie de changement de point de vue, différentes tactiques sont possibles : 

  • Contre-attaquer les dires pour voir à qui profite les faits, qui est le plus souvent au concurrent. Cette stratégie est utilisée notamment par les grandes entreprises qui trouvent alors dans la concurrence internationale un alibi naturel.
  • Reporter la responsabilité à l’extérieur, en orientant les faits vers l’administration, le politique.
  • Minimaliser sa communication, ou communiquer plus fortement sur un autre registre.
  • Souligner le fait que le pire a été évité et que la situation aurait pu être largement plus grave si l’entreprise n’avait agit de telle ou telle manière.

Le projet latéral, qui consiste à déporter la crise en dehors du champ de l’entreprise, doit impérativement s’appuyer sur des éléments tangibles. Dans le cas contraire, son utilisation peut s’avérer bien plus dangereuse que la crise elle-même.

Exemple : L’entreprise Ferrero et la taxe Nutella. Dans le cadre du projet de loi d’examen de la sécurité sociale, les sénateurs souhaitent taxer l’huile de palme à cause de sa nocivité sur l’organisme humain et sur l’environnement. Ferrero n’a pas tardé à réagir pour contrecarrer les dires, et plutôt que de modifier la recette, le groupe a préféré l’expliquer au consommateur. Ferrero avance que cet ingrédient est indispensable à la conception du produit, car l’huile de palme est utilisé pour obtenir la consistance de la pâte à tartiner.  

 

Le refus 

La stratégie du refus consiste à affirmer qu’il n’y a pas de crise. Il s’agit alors d’une posture que l’entreprise doit être capable de tenir.

Quatre possibilités s’offrent à l’entreprise dans ce scénario : 

  • Garder le silence dès le début de la crise
  • Cesser de parler à partir d’un moment précis et donc ne plus alimenter la crise
  • Minimiser les effets de la crise, à condition d’être le seul interlocuteur à disposer des données
  • Rejeter la faute sur les autres 

Les conséquences d’une telle stratégie peuvent s’avérer extrêmement dommageables, aux niveaux juridique et médiatique, si les faits ressurgissent à plus ou moins long terme et avec une nouvelle lecture des événements. Concrètement, ce scénario du pire se traduira dans la plupart des cas par une perte de crédibilité.

Exemple  : Lafarge a fait la une de tous les journaux pour sa proximité avec L’Etat Islamique. Le Monde avait publié une enquête sur le sujet ou le groupe fut accusé d’avoir négocié avec eux dans le but d’une éventuelle collaboration. Le groupe a opté pour une communication de crise qui laisse à désirer car elle n’était pas en cohérence avec la situation. En minimisant les effets de la crise et en cessant de parler pour ne plus l’alimenter.

 

Conseil de Community Management Privé : En cas de communication de crise, prenez les devants, et soyez les premiers à parler de la crise qui touche votre entreprise.

Gérer une communication multilingue

Gérer une communication en plusieurs langues peut se révéler être un challenge. Toutes les entreprises qui souhaitent se développer à l’étranger, doivent de ce fait penser à chaque client de chaque pays, pour fournir des informations de qualité et nouveautés de la marque grâce aux réseaux sociaux.

Avec les réseaux sociaux, il est plus facile de s’ouvrir au monde extérieur, n’importe quel client peut alors se rendre sur vos pages sur les réseaux sociaux ou sur votre site web.

Les réseaux sociaux en quelques chiffres pour l’année 2016 :

Facebook : 1,8 milliard d’utilisateurs
Instagram : 500 millions d’utilisateurs
Twitter : 310 millions d’utilisateurs

Sur 7,4 milliard d’habitant, 46% sont des internautes, il ne faut donc pas négliger l’internationalisation dans une stratégie de communication social media.

Comment publier sur les réseaux sociaux tout en respectant les différences de communication et de cultures, pour construire une stratégie digitale multilingue efficace ?

Choisir les réseaux adapter pour chaque pays.
Avant de commencer à réfléchir sur les messages que vous allez publier sur les réseaux sociaux, il faut d’abord vous renseigner pour savoir quels réseaux sociaux sont utilisés dans le pays ciblé. En effet, dupliquer la stratégie de communication que vous avez mis en place dans votre pays (France) ne sera pas la même dans un autre pays (Chine).

Par exemple, en occident Facebook est la vedette des réseaux sociaux, ce qui n’est pas le cas dans certains pays d’Asie, comme la Chine le Vietnam ou la Corée du Nord. De ce fait, il est important d’introduire dans sa ligne éditoriale de s’adapter aux médias privilégiés dans ces pays.

En Chine Q-Zone qui compte 653 millions d’utilisateurs, est le réseau social le plus utilisé en Chine, utiliser Facebook qui est populaire en France n’aura pas le même impact qu’en utilisant le réseau social ou les utilisateurs sont le plus présents.

Utiliser les options « langues » sur chaque médias.
Les options langues vous permettent de cibler précisément les personnes qui doivent être touchées par notre message.
Ainsi, si vous communiquez dans des pays qui parlent plusieurs langues, comme la Belgique, et le Luxembourg avec Facebook, il ciblera la cible à qui le message doit être diffusé.
Quand vous écrirez une publication en français et que vous ciblez votre audience francophone à l’aide de l’option «langue», le réseau social ne l’affichera qu’à vos fans qui parlent français.

L’un des points fort de cette stratégie est le gain de temps pour chaque publication, il est plus facile de rédiger un message qui sera vu par une cible précise, que de gérer plusieurs pages.

L’option « langue » permet aussi de réagir aux interactions, ce qui bénéficie à l’ensemble de votre page. Les mentions «j’aime» sur la page sont communes, ce qui vous aide à bâtir une plus grande communauté, augmentant ainsi votre influence.
De plus, en communiquant dans la langue natale de votre cible, vous augmentez l’engagement sur les publications, ce qui profite aussi aux publications dans les autres langues.
En conclusion, vous disposez d’un meilleur reach et votre communauté est satisfaite d’avoir une communication dans sa langue.
C’est positif pour votre notoriété et votre e-réputation.

Communiquer uniquement en anglais.
L’anglais est la langue internationale, c’est la langue la plus enseignée dans les 4 coins du monde. C’est également la langue la plus utilisée sur Internet. Pour toucher le plus grand nombre d’internautes et de pays.
Cependant cette stratégie peut-être à double tranchant. Certains consommateurs préfèrent lorsque l’on communique dans leur langue natale. Ces internautes considéreront que l’entreprise ne fait aucun effort pour s’adapter au pays dans lequel sa stratégie de communication est mis en place.
Par exemple HubSpot communique sur les réseaux sociaux qu’en anglais. Pourtant cet outil est le plus utilisé à l’international, avec des milliers d’utilisateurs répartis dans 56 pays. L’entreprise a tout de même changée de stratégie de communication en intégrant dans d’autres langues dans sa stratégie de communication.
HubSpot Facebook :

Sur Twitter :

Il y’a donc 3 stratégies pour gérer sa communication social media :

1) Only English
La grande majorité des pages fans possèdent 1 page uniquement et communiquent dans leur langue « maternelle » ou communique dans la langue utilisée par la majorité de leur cible. (Redbull )

2) Adopt the language
Les marques qui utilisent 1 page fan par pays. Cela leur permet de communiquer dans la langue du pays et donc de personnaliser un maximum le contenu. (exemple avec Nike france)

3) One page for several languages
Une seule page fan et de gérer le multilingue avec la fonction « personnaliser » de Facebook. Cette fonction permet de cibler directement les publications par pays.

Intégrer la dimension internationale à vos réseaux sociaux est indispensable pour vous développer sur la totalité de votre marché.
Il faut savoir qu’au moment de mettre en œuvre votre stratégie social media, vous devez immédiatement penser à tous les pays consommateurs de vos produits et services.
Selon votre cible et le nombre de langues parlées par votre marché, il faudra définir la solution la plus pratique et pertinente.

Conseil de Community Management Privé : N’oubliez pas d’intégrer les différences culturelles et le décalage horaire dans votre stratégie d’internationalisation social media

Pourquoi mettre en avant son entreprise en avant sur le web?

Pourquoi mettre en avant sa marque sur le web?

Les réseaux sociaux ont redessine le paysage médiatique ainsi que la place des consommateurs au sein d’une entreprise. Avoir une présence, sur les réseaux sociaux permet aux entreprises de se faire connaître du public. Nous sommes en mesure de nous connecter aux gens assez librement, de nous redéfinir en ligne, et de redéfinir l’image d’une marque.

  1. L’hyper connectivité des entreprises.

Votre marque est ce que les autres disent de vous quand vous n’êtes pas dans la pièce. Etre sur les réseaux sociaux permet aux entreprises de savoir ce qui se dit dans cette pièce en permanence.

Etre sur les réseaux sociaux permet à une entreprise de gérer son e-réputation, de donner une image de la société plus moderne, de faire connaître son produit/service, de développer son business, d’améliorer son référencement et le trafic via le site web.

Les internautes sont devenus des consommateurs qui décident de la réputation d’une entreprise sur le web.

Parmi les opérations de marketing viral, faire le buzz peut apparaître comme le graal du communicant. De ce fait, de plus en plus d’entreprises s’y essayent, petites et grandes, avec plus ou moins de succès.

        2. Les consommateurs aux contrôles des marques.

Les réseaux sociaux ont radicalement changé la manière des entreprises d’interagir avec leurs clients, ainsi que la façon de communiquer entre les internautes.

Les entreprises n’ont jamais autant perdu le contrôle sur l’image de leur marque. Depuis que les réseaux sociaux sont apparus, elles sont à l’écoute des consommateurs et les invitent souvent à rejoindre leur conversation.

Collaborer avec les consommateurs est une très bonne stratégie market-client, car elle leur donne une place de décisionnaire ce qui aide à améliorer l’image de marque.

Aujourd’hui, tous les secteurs d’activités sont concernés par cette communication à double sens. Téléphone, e-mail sont délaissés par une partie de la population au profit de Facebook et Twitter principalement. Les clients veulent des réponses immédiates de la part des entreprises et n’hésitent pas à le faire savoir. Ce qui a changé le rapport de la relation client.

Ainsi, les réseaux sociaux se sont imposés comme un élément clé de la relation client digitale.

Ils apparaissent désormais comme le canal de communication privilégié par les consommateurs, qui n’hésitent pas à y dire tout ce qu’ils pensent et attendent une certaine réactivité de la part des marques en contrepartie.

Conseil de Community Management Privé : Mettez les réseaux sociaux au coeur de votre stratégie d’entreprise!